Emmenez toujours un ami lorsque vous partez en ski de fond.
Principes de base pour
conserver sa chaleur

Gardez vos vêtements propres. Ce principe est toujours important pour des raisons de confort et d’hygiène. En hiver, il importe aussi se garder au chaud. Les vêtements maculés par la saleté et la graisse perdent une grande partie de leurs propriétés isolantes. La chaleur peut s’échapper plus facilement du corps à travers les vêtements froissés ou les poches d’air qui se forment.

Évitez le réchauffement excessif. Lorsque vous avez trop chaud, vous transpirez et vos vêtements absorbent l’humidité. Ceci vous nuit de deux façons : l’humidité réduit les propriétés isolantes de vos vêtements et à mesure que la sueur s’évapore, votre coprps se refroidit. Vous pouvez ajuster vos vêtements afin de ne pas transpirer. Ouvrez partiellement votre parka ou votre manteau et enlevez l’une des couches intérieures de vos vêtements, enlevez les grosses mitaines extérieures, enlevez le capuchon de votre parka ou portez un chapeau plus léger. La chaleur se dissipe rapidement par la tête et les mains lorsque vous avez trop chaud.

Portez des vêtements amples et en plusieurs couches : les vêtements, les bottes et les souliers serrés entravent la circulation du sang et favorisent les blessures dues au froid. Ils réduisent aussi la quantité d’air entre les couches de vos vêtements, diminuant ainsi leur valeur isolante. Plusieurs couches de vêtements légers sont préférables à une seule couche de même épaisseur, en raison des lames d’air qui se forment entre les couches. Les lames d’air non ventilées fournissent un supplément d’isolation. De plus, vous pouvez enlever un vêtement pour éviter de trop transpirer et le remettre pour vous réchauffer.

Gardez vos vêtements secs : Par temps foid, les couches intérieures de vos vêtements s’imbibent de transpiration et la couche extérieure, si elle n’est pas imperméable, peut se mouiller à cause de la neige et du givre qui fondent grâce à la chaleur de votre corps. Portez un vêtement extérieur imperméable si possible. Il vous protégera de la plus grande partie de l’eau provenant de la neige et du givre fondant. Avant de pénétrer dans un abri chauffé, nettoyez la neige et le givre de vos vêtements. Malgré vos mesures préventives, à certains moments vous ne pourrez éviter de vous mouiller. En de telles occasions, faire sécher vos vêtements pourrrait devenir un grave problème. Au cours de la marche, accrochez vos bas et vos mitaines humides à votre sac à dos. Quelquefois par temps de gel, le vent et le soleil les feront sécher. Vous pouvez aussi placez les bas et les mitaines humides, sans les déplier, près de votre corps afin que sa chaleur puisse les faire sécher. Dans un campement, accrochez vos vêtements humides à l’intérieur de l’abri près du sommet, à l’aide de cordes à linge ou de supports improvisés. Vous pouvez même les faire sécher en les tenant devant un feu à ciel ouvert. Faites sécher les articles en cuir lentement. S’il n’existe pas d’autre moyen, faites sécher vos bottes en les plaçant entre l’enveloppe de votre sac de couchage et sa doublure. La chaleur de votre corps aidera à faire sécher le cuir.

Sécurité en camping d'hiver

Le camping d’hiver est une activité de plein air très exigeante. Portez une attention particulière aux éléments suivants :

Le leadership : le type de leadership importe, en particulier au cours du camping d’hiver. Il est essentiel que le chef soit un campeur expérimenté et possède une grande force de caractère.

Le matériel : n’envisagez pas de camper si vous n’êtes pas entièrement équipé. Même si le matériel est plus dispendieux que pour le camping d’été, vous devez être convenablement habillé et les chefs doivent s’assurer que la qualité et le poids des couvertures et de tout autre matériel conviennent.

État physique : chaque personne doit obtenir une attestation du médecin l’assurant de ses capacités physiques avant le début de la formation.

Abris

Votre environnement et le matériel que vous emportez détermineront le type d’abri que vous pouvez construire. Vous pouvez construire des abris dans les régions boisées, en plein champ et dans les terrains dénudés. Habituellement, les régions boisées constituent le meilleur emplacement alors que les terrains dénudés offrent seulement la neige comme matériau de construction. Dans les régions boisées vous pouvez trouver des billots pour construire votre abri, du bois pour le feu, vous dissimuler et vous protéger du vent.

Remarque : Par très grand froid, n’utilisez pas de métal, comme le fuselage d’un aéronef, pour vous abriter. Le métal conduira le peu de chaleur que vous produisez hors de l’abri.

Vous aurez besoin d’outils pour construire un abri en neige ou en glace, comme par exemple des piolets ou des scies. Ceci demande beaucoup de temps et d’énergie. Assurez-vous d’aérer un abri fermé, en particulier si vous prévoyez faire un feu à l’intérieur. Bloquez toujours l’entrée, si possible, afin de conserver la chaleur à l’intérieur et de vous protéger du vent. Utilisez un sac à dos ou un bloc de neige. Ne construisez pas un abri trop spacieux. Ceci réduira le volume d’espace à réchauffer. Une erreur mortelle dans la construction d’un abri pour le temps froid est de le faire trop grand, de telle façon qu’il vole la chaleur du corps plutôt que de la conserver. Privilégiez les petits espaces.

Abri en appentis

Construisez cet abri de la même manière que dans d’autres environnements. Cependant, empilez de la neige autour des côtés pour l’isoler.

Ne dormez jamais directement sur le sol. Étendez quelques branches de pin, de l’herbe ou tout autre matériau isolant afin d’empêcher le sol d’absorber la chaleur de votre corps.

Ne vous endormez jamais sans éteindre votre poêle ou votre lampe. Vous pourriez être empoisonné par le monoxyde de carbone émanant du feu qui se consume dans un abri qui n’est pas aéré. Il s’agit d’un grave danger car ce gaz est incolore et inodore. Dès qu’il y a une flamme nue, elle peut produire du monoxyde de carbone. Vérifiez toujours votre aération. Même dans un abri aéré, la combustion incomplète peut provoquer un empoisonnement au monoxyde de carbone. Habituellement, il n’y a pas de symptômes. L’inconscience et la mort peuvent survenir sans avertissement. Quelquefois cependant, la pression au niveau des tempes, les yeux qui brûlent, le mal de tête, le martèlement du pouls, la somnolence ou la nausée peuvent se manifester. La seul signe observable, caractéristique d’un empoisonnement au monoxyde de carbone, est la couleur rouge cerise des tissus des lèvres, de la bouche et de l’intérieur des paupières. Sortez à l’air frais dès que vous présentez l’un de ces symptômes.

Il existe plusieurs types d’abris de fortune que vous pouvez construire ou utiliser rapidement. De nombreuses personnes utilisent la neige comme isolant.

Abri sous un arbre tombé

Pour le construire, trouvez un arbre tombé puis creusez la neige en dessous. La neige sous l’arbre ne sera pas profonde. Si vous devez enlever des branches de l’intérieur, utilisez-les pour couvrir le plancher.

Ophtalmie des neiges

Elle est causée par le rayonnement ultraviolet du soleil qui est réfléchi par les surfaces enneigées. Elle se manifeste par les symptômes suivants : une sensation de poussière dans les yeux, une douleur dans les yeux et au-dessus qui s’amplifie avec le mouvement du globe oculaire, les yeux rouges et humides et un mal de tête qui s’intensifie avec l’exposition prolongée à la lumière. Avec le temps, cette exposition prolongée au rayonnement ultraviolet peut causer des dommages oculaires permanents. Pour traiter l’ophtalmie, portez un bandage sur vos yeux jusqu’à ce que les symptômes disparaissent.

Vous pouvez prévenir l’ophtalmie en portant des lunettes de soleil. Si vous n’en avez pas, improvisez. Pratiquez des ouvertures dans un morceau de carton, de bois mince, une écorce d’arbre ou tout autre matériau disponible. Mettez de la suie sous vos yeux pour réduire la réverbération et l’éblouissement.

Protégez vos yeux!

Déshydratation

Lorsque vous êtes emmitouflé dans plusieurs couches de vêtements par temps froid, vous ne réalisez pas que vous perdez l’humidité de votre corps. Vos vêtements absorbent l’humidité qui s’évapore dans l’air. Vous devez boire de l’eau pour la remplacez. Votre besoin d’eau est important dans un milieu froid tout comme dans un milieu chaud. Une façon de savoir si vous êtes déshydraté est de vérifier la couleur de votre urine sur la neige. Si elle est d’un jaune foncé, vous êtes en voie de déshydratation et vous devez remplacer vos liquides organiques. Si votre urine est d’un jaune clair ou incolore, l’équilibre de vos liquides organiques est plus normal.

Le pied des tranchées et
le pied d’immersion

Ces états surviennent après de nombreuses heures ou plusieurs jours d’exposition à des conditions humides, à une température juste au-dessus du point de congélation. Les symptômes sont les suivants : une sensation de picotements, de fourmillement, l’engourdissement puis la douleur. La peau paraîtra d’abord humide, trempée, blanche et ratatinée. À mesure que l’infection se développe et que les lésions apparaissent, la peau prendra d’abord une teinte rouge, puis bleuâtre ou noire. Les pieds devienennt froids, enflés et prennent une apparence cireuse. Les pieds sont lourds et engourdis et il devient de plus en plus difficile de marcher. Les nerfs et les muscles sont les plus affectés, mais la gangrène peut survenir. Dans les cas les plus graves, la chair meurt et il peut être nécessaire d’amputer le pied ou la jambe. Le meilleur moyen de prévenir ces affections est de garder vos pieds au sec. Emportez des bas supplémentaires dans un emballage imperméable. Vous pouvez sécher vos bas mouillés contre votre poitrine ou votre dos. Lavez vos pieds et mettez des bas secs à tous les jours.

 

Constipation

Il est très important d’évacuer vos selles lorsque c’est nécessaire. N’attendez pas à cause du froid. Attendre à cause du froid, manger des aliments déshydratés, ne pas boire assez de liquides et une alimentation irrégulière peuvent provoquer la constipation. Bien qu’elle ne soit pas débilitante, la constipation peut vous gêner. Augmentez votre apport en liquides à au moins deux litres de plus que votre apport normal de deux à trois litres par jour et si vous le pouvez, mangez des fruits et d’autres aliments qui facilitent l’évacuation des selles.

Voyez aussi:


Il s’en est fallu de peu

Le soleil brillait ce matin de janvier lorsque nous quittions Garibaldi Provincial Park, près de Squamish en Colombie-Britannique. Comme nous étions en raquettes et que le temps s’était vraiment réchauffé, la plupart d’entre nous étions en chemise pendant que nous creusions les cavernes où nous devions passer la nuit. C’était une vraie température de fin de printemps.

Alors la nuit a commencé à tomber, de mêque que la température. Après avoir vidé mon sac à dos, j’ai réalisé que j’avais oublié d’emporter un chapeau en molleton. De plus, mes bottes de randonnée et les bas de laine à l’intérieur s’étaient complètement trempés au cours de la journée et maintenant, ils commeçaient à geler avec la chute de température.

J’ai mis des bas secs et enveloppé mes pieds dans des sacs de plastique, un vieux truc pour garder mes pieds secs et au chaud. J’ai passé le capuchon de mon manteau sur ma tête qui se refroidissait et j’espérait que quelqu’un avait emporté un chapeau supplémentaire. Tremblante, je sautais autour du campement, essayant de me réchauffer, lorsque j’ai décidé de laisser tomber pour faire plutôt une promenade vivifiante.

Je suis allée assez loin vers l’ouest pour voir les lumières de Squamish brillant au-dessous. Elles me semblaient si proches. Pendant un moment, il m’est venu à l’esprit que je devais simplement descendre vers les lumières.

Je ne m’en rendais pas compte, mais l’hypothermie s’installait déjà.

Je me trouvais à l’étape où de nombreuses personnes prennent des décisions insensées, comme de dévaler une pente abrupte dans la neige jusqu’à la taille, dans la noirceur totale, avec des bottes gelées, sans eau ni nourriture et avec des facultés mentales affaiblies.

Heureusement, les quelques cellules grises qui fonctionnaient toujours m’ont permis de réaliser la sottise d’une telle entreprise. Je suis donc retournée vers le campement, où m’attendaient un chapeau de molleton, une soupe chaude et un bon sac de couchage.

Raconté par Dawn Hanna

Hypothermie terrestre

En résumé, l’hypothermie signifie que votre corps perd de la chaleur plus rapidement qu’il n’en produit. L’hypothermie survient lorsqu’une personne est exposée à l’humidité (pluie, transpiration), au vent et au froid, sans un abri et des vêtements convenables. Si vous vous perdez, votre principal souci est de prévenir les effets de l’hypothermie.

De nombreuses personnes croient que l’hypothermie se manifeste seulement dans l’eau, au cours des saisons froides. C’est faux. N’importe qui peut souffrir d’hypothermie, en toute saison, dans l’eau et sur la terre sèche.

Lorsque vous planifiez une excursion en plein air, comme le camping ou le ski de fond, il existe plusieurs façons de vous préparer afin de prévenir l’hypothermie :

Portez de nombreuses couches de vêtements et emportez des vêtements supplémentaires dans un sac à dos. Ceux-ci seront pratiques si vos vêtements se mouillent. Vous n’aurez alors qu’à vous changer. Ne portez pas de blue-jeans, ils sont facilement mouillés par la neige et la glace. Portez plutôt des vêtements faits de matériaux isolants comme la laine, un coupe-vent et des vêtements imperméables.

Emportez des aliments à haute teneur énergétique et mangez souvent. Les aliments fournissent de la chaleur et remplacent l’énergie que vous perdez en skiant ou en marchant. Les régimes ne conviennent pas pour le camping d’hiver ou le ski de fond. Vous avez besoins de calories supplémentaires pour conserver votre énergie et rester au chaud.

Buvez beaucoup de liquides chauds, comme de la soupe, afin de prévenir la déshydratation.

Ne consommez pas d’alcool! Il obscurcit votre jugement et accélère la perte de chaleur.

Isolez-vous de la neige. Ne vous assoyez pas directement dans la neige pour vous reposer. Assoyez-vous plutôt sur un sac afin de mieux vous isoler et de ne pas vous mouiller. Sinon, la neige absorbera rapidement la chaleur de votre corps et contribuera à l’hypothermie.

La tête est la principale région de perte de chaleur de votre corps, alors couvrez-vous et restez au chaud!

La tête est la principale région de perte de chaleur de votre corps, alors couvrez-vous et restez au chaud!

Premiers symptômes

Demeurez vigileant afin de déceler les premiers symptômes d’hypothermie chez vos amis lorsque vous skiez ou que vous campez. En voici quelques uns dont vous devez vous méfier :

  •  l’irritabilité, les protestations;
  •  la fatigue, la maladresse;
  •  les tremblements;
  •  la désorientation, la personne est incapable de se débrouiller;
  •  le froid;
  •  les vêtements mouillés;
  •  la faim.

Évitez toute perte de chaleur supplémentaire

  • Mettez la victime à l’abri du vent.
  • Isolez-la du sol, comme par exemple en disposant une bâche.
  • Évitez tout geste brusque avec la victime.
  • Couvrez-la dès que possible.
  • Couvrez-lui la tête, principale région de perte de chaleur.
  • Retirez ses vêtements mouillés et remplacez-les par des vêtements secs.
  • Improvisez un coupe-vent (avec une bâche par exemple) afin de protéger la victime du vend froid.
  • Réchauffez-la à l’aide de liquides chauds (pas d’alcool!), avec un feu et des vêtements sur la tête, le cou, les côtés de la poitrine et l’aine (principales régions de perte de chaleur).
  • S’il n’existe aucun moyen de transporter la victime, envoyez chercher de l’aide, mais ne la laissez jamais seule.

Caverne creusée dans la neige

La caverne creusée dans la neige constitue l’abri le plus efficace en raison des propriétés isolantes de la neige. Vous devez d’abord trouver un amoncellement de neige d’environ trois mètres de profondeur dans lequel vous pouvez creuser. Le toit doit être en voûte pour plus de résistance et pour permettre à la neige fondante de s’écouler sur les côtés. Construisez la plate-forme de couchage plus haute que l’entrée. Séparez cette plate-forme des murs de la caverne ou creusez une petite tranchée entre les deux. Cette plate-forme empêchera la neige fondante de vous mouiller ainsi que votre matériel. Assurez-vous que le toit est assez haut afin que vous puissiez vous asseoir sur la plate-forme de couchage. Bloquez l’entrée à l’aide d’un bloc de neige ou un autre matérieau et utilisez l’entrée inférieure pour la cuisine. Les murs et le plafond doivent avoir une épaisseur d’au moins 30 centimètres. Installez un puits de ventilation. Si l’accumulation de neige n’est pas assez grande pour construire une caverne, vous pouvez empiler la neige en une butte assez importante pour être creusée.

Conseils pour les expédittions

1. Utilisez le système du copain pour ces expéditions d’hiver. Les copains peuvent s’examiner entre eux pour déceler les signes de gelure, s’assurer que personne ne se perd et remonter le moral de tout le groupe.

2. Planifiez de ne pas couvrir plus de 8 kilomètres par jour en randonnée de raquette. Un groupe expérimenté peut couvrir de 16 à 19 kilomètres sur des skis de fond.

3. La fatigue favorise les accidents. Reposez-vous de temps à autre lorsque vous construisez un abri contre la neige, en randonnée de ski de fond ou de raquette ou tout autre sport d’hiver actif. Ces pauses vous aident aussi à éviter d’avoir trop chaud.

4. Incitez chacune des personnes de votre groupe à porter des vêtements extérieurs de couleur vive afin d’être plus visible, en particulier par temps violent.

Buvez des liquides chauds et emportez plusieurs collations.

Feu

Savoir faire un feu est particulièrement important par temps froid. Il sert à la préparation de la nourriture, vous garde au chaud et fait fondre la neige et la glace, ce qui vous procure de l’eau. Il vous donne aussi un regain d’énergie en vous rassurant sur votre situation.

Dans les régions froides, il y a un certain risque à faire du feu, que ce soit pour cuisiner ou se garder au chaud. Par exemple :

Les feux peuvent brûler dans le sol, se propager et refaire surface à proximité. Par conséquent, ne faites pas de feu trop près d’un abri.

  • Dans les abris contre la neige, l’excès de chaleur fera fondre la couche de neige isolante, qui vous sert peut-être aussi de camouflage.
  • Un feu à l’intérieur d’un abri, sans aération convenable, peut entraîner l’empoisonnement au monoxyde de carbone.
  • Une personne qui essaie de se réchauffer ou de sécher ses vêtements peut devenir imprudente et brûler ses vêtements ou son matériel.
  • La neige qui fond au-dessus de vous peut vous mouiller, vous enterrer avec votre matériel et même éteindre votre feu.

COMMENT FAIRE UN FEU

Il existe plusieurs méthodes pour disposer un feu. Chacun a ses avantages. Celui que vous utiliserez dépendra de votre situation.

Savoir comment faire un feu peut vous sauver la vie!

Tipi

Pour ce type de feu, disposez l’amadou et un peu de bois d’allumage en forme de tipi ou de cône. Allumez le centre. À mesure que le tipi brûle, les bûches extérieures tomberont à l’intérieur et alimenteront le feu. Ce type de feu brûle bien, même avec du bois humide.

En appentis

Pour disposer ce feu, enfoncez un bout de bois vert dans le sol, incliné à un angle de 30 degrés. Pointez l’extrémité du bout de bois en direction du vent. Placez un peu d’amadou en profondeur, sous ce bâton en appentis. Appuyez des morceaux de bois d’allumage contre le bâton puis allumez l’amadou. À mesure que le bois d’allumage prend feu, ajoutez-en.

En croix

Pour cette méthode, tracez une croix dans le sol d’environ 30 centimètres. Creusez-la à 7,5 centimètres de profondeur. Placez un gros tas d’amadou au milieu de la croix. Construisez une pyramide de bois d’allumage au-dessus de l’amadou. La tranchée peu profonde permet à l’air de passer sous l’amadou et produit un courant d’air.

 

Pyramide

Pour disposer ce feu, placez deux petites bûches ou branches parallèlement au sol. Placez une solide couche de petites bûches d’un bout à l’autre des bûches parallèles. Ajoutez trois ou quatre couches de bûches ou de branches, de plus en plus petites et à angle droit par rapport à la couche au-dessous. Faites un feu de démarrage au sommet de la pyramide. À mesure que celui-ci brûle, les bûches au-dessous prendront feu. Ce feu brûle par le sommet et ne demande aucune attention pendant la nuit.

 

Retournez au début Accueil Plan du site Contactez-nous
© Goldi Productions Itée. 2005